[B] : Cas de la Silicon Valley

silicon-valleyAfin d’illustrer l’évolution des nouvelles technologies, nous avons choisi comme étude de cas :  la Silicon Valley.

Silicon Valley est à l’origine, un nom employé par un journaliste dans les années 1970 pour désigner une vallée de Californie sur la Côte Ouest des Etats-Unis. Autrefois, cette contrée était connue pour ses vergers et ses vignes devenus depuis, le symbole des espaces concentrant des entreprises ayant des activités dites « high-tech » et utilisant notamment le silicium, élément de base des composants électroniques. La Silicon Valley représente aujourd’hui la réussite entrepreneuriale à l’Américaine. Elle est aussi devenue l’une des régions les plus riches de la planète.

L’histoire de la Silicon Valley commence véritablement avec la création de l’Université de Standford en Novembre 1885 par Leland Standford et Jane Standford en hommage à leur fils. Elle accueillait alors 559 étudiants contre environ 15 000 aujourd’hui. C’est dans cette Université que sera inventée la radio vers la fin du XIXème siècle.

Plus tard, le grand professeur et visionnaire de la Silicon Valley Fred Termann, dérangé par l’absence d’emplois pour les diplômés de l’Université et le phénomène de fuites du capital humain, réussi à convaincre deux de ses étudiants, William Hewlett et David Packard de ne pas suivre le flux classique des étudiants vers  la Côte Est mais de rester dans la Valley pour créer leur entreprise.  Avec l’appui d’un bon nombre d’entreprises, Fred Termann créa  le « Standford Research Institute » pour répondre aux besoins des recherches de l’Etat fédéral. Cet homme est donc considéré comme le père fondateur de la culture entrepreneuriale. Grâce à cet institut, les novateurs d’entreprises sont invités à enseigner aux étudiants qui sont à leur tour stimulés pour créer de nouvelles entreprises appelées « Start-Up », entreprises souvent à fort potentiel de croissance et bénéficiaires d’une levée de fonds. C’est ainsi que les deux jeunes étudiants construisirent dans un garage familial, le premier produit de leur entreprise appelé « Hewlett-Packard », des oscillateurs radio en 1938 servant à amplifier le son.oscillateur

Entre 1974 et 1984, 18 firmes ont été lancées dans la Silicon Valley par d’anciens cadres de « Hewlett-Packard ». Aujourd’hui, cette entreprise plus connue sous le nom de « HP », emploie 150000 personnes à travers le monde pour un chiffre d’affaire annuel d’environ 120 milliards de $. hp

La Silicon Valley est aujourd’hui le premier pôle technologique au monde. Si cette vallée était indépendante, elle deviendrait la 7ème puissance mondiale . Elle représente 20% de l’activité mondiale des technologies de l’information comme Internet par exemple. Si la Silicon Valley compte de nos jours 11500 entreprises et emploie 416000 salariés, cadres et supérieurs, elle compte également 11 nouvelles sociétés chaque semaine. La difficulté réside en effet non pas dans  la création de l’entreprise, mais dans l’objectif de la faire prospérer d’où un système de solidarité transversale basé sur la coopération dans la compétition et dépassant les logiques institutionnelles pour mettre alors en avant, la citoyenneté de la vallée avant le pouvoir hiérarchique .

Ces entreprises prospèrent et ne lésinent pas quant au fait d’aider les dernières Start-Up depuis les années 2000 avec l’éclatement de la bulle internet. On peut aussi noter que les sociétés non côtés de la région ont levé la somme record de 20,7 milliards d’€ pour le capital risque. Selon une étude de la « National Venture Capital Association« , cette levée représente une hausse de 85% entre 2013 et 2014. C’est la seconde levée derrière celle de 30,7 milliards d’€ en 2000.

graphique levee

3 secteurs scientifiques font l’objet des centres de recherches industriels et académiques de la région :

  • les technologies de l’information et de la communication,
  • les biotechnologies,
  • les nanotechnologies.

Les travaux les plus prometteurs apportant des ruptures sont attendus à l’interface des grandes thématiques scientifiques. Une des principales richesses de la région est de pouvoir réunir sur un même lieu les compétences complémentaires dans des disciplines jusqu’à présent indépendantes.Capture

La Silicon Valley est le centre de l’innovation mondiale.  Le constructeur automobile historique Ford est un exemple de la participation de grandes entreprises à l’innovation. Même si le constructeur était déjà présent dans la Silicon Valley depuis 2012, l’inauguration d’un nouveau laboratoire d’innovations à Palo Alto constitue un grand pas et fait de Ford l’une des plus grosses équipes de recherches spécialisées dans l’automobile de la Silicon Valley. En effet, pas moins de 125 chercheurs se sont réunis autour du nouveau directeur Dragos Maciuca, ancien ingénieur chez Apple et expert dans les nouvelles technologies automobiles et aérospatiales. Un des premiers projets dévoilés concerne le partenariat avec le thermostat connecté Nest (détenu par Google). Lorsque le conducteur prendra la route, le thermostat se placera en mode « veille » afin d’économiser l’énergie à la maison, et se placera en mode « normal » lorsque le conducteur se rapprochera de chez lui.

http://www.youtube.com/watch?v=WreSMwxZWzo

Pourquoi la Silicon Valley est-elle si attrayante?

C’est sans compter sur son histoire d’entrepreneurs téméraires bien décidés à créer un endroit unique au monde symbole de la réussite entrepreneuriale que cette contrée a réussi à attirer de façon exponentielle un grand nombre de talents dans cette immense industrie.silicone valley

Un environnement adapté et qui pousse à l’entrepreneuriat. Quand tous les facteurs clés ont été rassemblés pour servir les besoins de l’entrepreneur individuel; l’entrepreneur collectif est né.  Les nombreuses histoires d’entrepreneurs qui ont démarré et développé leur entreprise dans cette partie de la Californie nous montre à quel point une communauté ou une région peut devenir un entrepreneur collectif. Un phénomène se crée alors comme si toute la région était elle-même un immense entrepreneur démontrant ainsi la synergie potentielle que peuvent représenter les idées tout comme la finance et les profils de talents.

Sa position géographique est aussi un avantage. En effet, les entrepreneurs de la vallée se situent au cœur du plus grand rayonnement des nouvelles technologies parmi lesquelles on retrouve Youtube, EA Games, Apple, Ebay ou encore Googlephoto entreprises

La Silicone Valley bénéficie d’un « international boost » à San José.  La CA, société fondée par des entrepreneurs comprenant la culture d’affaires des Etats-Unis a pour principal objectif l’accompagnement, le soutien et le développement de startups à l’international. Grâce au réseau et infrastructures que possède l’entreprise qui combine le sens des affaires et la connaissance pointue du monde, tout est fait pour faciliter l’initiative et la création d’entreprise.

Limites de la Silicon Valley

Au moment du crack Internet, la région a été durement touchée et a connu une crise sans précédent avec la perte de près de 190000 emplois et d’un millier d’entreprises. Le taux de chômage a atteint un pic de 8,5% en 2002 et s’établit désormais autour de 6%. Les fonds de capital risque ont également été décimés par la crise. Les initiatives ont cependant refleuries en misant une nouvelle fois sur le développement technologique. L’épuration par l’excellence a permis une reprise forte, avec un indice d’activité industrielle très élevé. Le capital risque s’inscrit de nouveau dans une dynamique de croissance. Le marché de l’immobilier d’entreprise est assaini.PHO877392de-adf6-11e3-86a6-710c1cc5c1a8-805x453

Cependant, la région souffre encore d’importantes faiblesses :

  • un coût élevé de la main d’œuvre, de l’immobilier et de la vie en général,
  • un faible taux d’utilisation du capital disponible,
  • un fort endettement des entreprises et des ménages.

De plus, des menaces pèsent sur son renouveau économique : une concurrence accrue notamment d’Asie avec Singapour où 99% des entreprises sont des PME. Singapour possède également des atouts tels que la stabilité politique, un marché Sud-Asiatique en pleine expansion et de nombreux entrepreneurs qui se lancent dans des secteurs peu présents dans la Silicon Valley tels que la restauration ou la mode. Tout ceci sans compter les risques d’externalisations et de délocalisations d’entreprises y compris pour des emplois à haute qualification. Un mauvais contexte économique californien est aussi du à une crise budgétaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s